Qui a peur du carré rouge?

Saviez-vous que, en date d’aujourd’hui 20 juin, la Grande Bibliothèque et Renaud-Bray interdisent le port du carré rouge à leurs employés?

C’est ce que nous apprend le site Qui a peur du carré rouge? qui a vu le jour il y a quelques jours.

Il a pour objectif de défendre le droit à l’expression de la dissidence, et ce en construisant un répertoire des entreprises et employeurs qui respectent ce droit et de ceux qui qui ne le respectent pas, et surtout en nous invitant à faire pression sur ces derniers.

Pour mieux comprendre ce projet, lisez ce qui suit (provenant de la section À propos de ce site).

À propos

Pour le droit à l’expression de sa dissidence

Le carré rouge représente l’appui à une cause juste, celle de l’éducation accessible. Plus encore, le carré rouge est devenu un signe en défense de la justice sociale, de nos services publics, du bien commun, et plus encore, de la liberté d’expression et d’une véritable démocratie populaire.

Depuis plusieurs semaines maintenant, on tente d’associer le carré rouge à la violence et à l’intimidation. De manière typiquement orwellienne, on mène ainsi une campagne visant à intimider les porteurs du carré rouge. Dans un contexte où la loi spéciale porte sérieusement atteinte au droit de défendre une idée dans l’espace public, le carré rouge représente un moyen de faire valoir ses convictions sans causer préjudice à quiconque.

Il y a quelques décennies, alors que la reconnaissance des gais, lesbiennes et transgenres était presque absente dans l’espace public, ceux-ci menaient des campagnes répertoriant les commerces qui les acceptaient comme clients, et ceux qui les refusaient. Faisons de même. Il ne s’agit pas de forcer un commerce à appuyer le soulèvement populaire, mais de permettre à ses employés de le faire. Un patron qui croit qu’il peut imposer des convictions politiques ne mérite pas qu’on fasse affaire avec lui.

Ensemble, construisons un répertoire des grandes entreprises qui permettent le port du carré rouge, de celles qui l’interdisent, et de celles pour lesquelles nous n’avons pas encore de confirmation officielle. Donnons-nous les moyens de contacter les personnes responsables de cette décision, soumettons-leur nos arguments et faisons-les changer d’avis.

 

Partager :

Cette entrée a été publiée dans Blogues et web, Évènements, Médias. Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.